02 Mai 2018 – Ichigaya

Jour 0

 

Hello à tous,

 

Nous venions d’arriver à Tokyo après 12h de vol et nous étions à la fois (très) fatigués du voyage mais également très excités par cette nouvelle aventure !

Notre résidence hôtelière était le Star-Club Ichigaya, les prix sont assez élevés (85€ la nuit environ pour une chambre avec deux lits jumeaux) puisque nous sommes à 10 minutes du centre de Tokyo, un luxe qui peut être éviter si vous êtes valide et qu’un peu de transport ne vous effraie pas (nous en avions vu un autre à 30/40 minutes du centre de Tokyo où le prix par nuit était divisé par deux par exemple). Mais c’était notre choix de nous fatiguer le moins possible.
/!\ ATTENTION, il y a une volée de marches (une dizaine) pour accéder à l’accueil de l’hôtel et au minimum un étage pour accéder aux chambres, pas d’ascenseur. Mathieu devait me porter pour accéder à notre chambre.

A notre arrivée, nous savons tout de suite que nous sommes au Japon : des petits sacs en tissu sont à disposition pour y glisser nos chaussures et pouvoir les monter, et des chaussons sont disponibles pour être utilisés. Nous sommes accueillis par Naoto, un jeune japonais qui parlait couramment Anglais. A l’accueil, des plans des transports en commun sont en libre accès.

 

Voici la vue que nous avions depuis notre chambre, une petite rue peu animée avec, en face de l’autre fenêtre, un joli cimetière japonais, qui nous donnait une majorité de silence très appréciable avec les chaudes nuits où nous devions laisser la fenêtre ouverte.

Vue Star-Club Ichigaya  

 

Après avoir laissé nos bagages à l’hôtel, nous avons décidé de nous balader un petit peu dans les environs. Déjà juste autour de l’hôtel, puis remonter doucement en direction d’Akihabara (sans y aller pour autant).

 

Nous y avons découvert une chaîne de cafés au nom d’Excelsior, les plus geeks d’entre vous auront bien compris pourquoi ça nous a bien fait sourire (en référence à Stan Lee) !

Excelsior Caffé  

 

Un gros manineko au détour d’une rue !

manineko  

 

Et voilà où nous avons passé une partie de notre soirée, que je vous raconte :

 

ChottoBar

 

Fatigués de marcher, nous prenons la décision de prendre un verre avant d’aller dîner (il était encore tôt), Mathieu me demande donc de choisir un endroit. Pas vraiment de choix par là où nous passons et aucun ne me tentait vraiment. Nous marchons, marchons, marchons, mais toujours pas cette petite étincelle qui me pousserait à rentrer…jusqu’à un petit bar, le ChottoBar, tout petit, 2m de large environ, entièrement en bois sombre et faiblement éclairé par quelques rares lampes éparses. A l’intérieur, deux clients, un à chaque extrémité du bar, regardant le fond de leur verre comme pour y trouver des réponses. Derrière le comptoir, un barman, essuyant un verre en silence. La scène est digne d’un film noir.

« Ici ! » m’écrié-je.

Mathieu regarde l’intérieur en levant un sourcil :

« C’est à dire que j’aimerai bien ressortir vivant et ça fait un peu repaire de Yakuzas ton truc… »

« Mais non, allez, viens je te dis ! »

A peine rentrés, le visage du barman, Takato, s’illumine et il nous accueille en nous aidant à poser nos affaires avant de nous donner la carte. Il nous demande d’où on vient, nous souhaite la bienvenue, si on était déjà venus au Japon avant, nous donne des astuces, des endroits à visiter selon ce que nous désirons faire, bref, un dialogue amical se crée en moins de 10 secondes et voilà que nous discutons comme si on se connaissait depuis longtemps.

 

ChottoBar

 

Il demande aussi parfois aux autres clients et nous traduit ce qu’ils disent, d’autres clients rentrent, puis l’un d’eux nous apostrophe :

« C’est la première fois que vous venez au Japon ? » nous demande-t-il.

« Oui ! Vous parlez français ?! » répondons-nous.

« Un petit peu, je prends des cours depuis 3 mois » nous dit-il en souriant

3 mois… Nous l’avons complimenté sur son français qui était excellent et avons continué à discuter avec lui. Il possède une assez grosse boite de jeux vidéos et nous a donné sa carte. Comme ça. Le temps passe quand on s’amuse et la faim commence à se faire sentir, nous demandons -en bon touristes qui se respectent- s’il y a un restaurant de ramens à côté.

« Pas vraiment » nous disent-ils « mais vous en trouverez un un peu plus loin, revenez si vous ne trouvez pas ! »

On remercie chacun et partons en quête de ce restaurant…que nous ne trouvons pas ! Au bout d’un temps, j’abandonne et décide de retourner au bar pour redemander. Le client se lève et décide de nous accompagner ! Nous ne l’avions pas vu car l’entrée est minuscule et les plats se choisissent via une commande à l’extérieur…tout en japonais, évidemment. Je lui demande s’il y a quelque chose de végé dedans, il regarde et me répond confus que non, nous le remercions avant d’errer de nouveau. Rien de bien probant, nous décidons de revenir doucement vers l’hôtel et de trouver un petit truc en route, mais voilà que nous voyons au loin Takato, ayant donc laisser son bar sans surveillance avec des clients, courir vers nous avec son téléphone à la main en fonction GPS

« Il y a un restaurant qui propose des plats végétariens par là-bas, suivez-moi ! »

Entre sans-voix et extrêmement touchés, nous le remercions mille fois avant de le voir repartir tranquillement reprendre sa fonction…

 

 

 

Une journée normale au Japon…mais le début d’une expérience dans un monde magique pour nous !

 

N'hésitez pas à nous suivre ou à partager ! Merci :3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *