Que faut-il savoir ?

Arriver dans un nouveau pays est toujours une aventure, surtout si l’alphabet n’est pas latin ! On peut se sentir vite perdu. Voici donc notre expérience avec nos quelques astuces de bases qui vous aideront à vous sentir sentir moins perdus que nous ne l’avons été lors de notre premier voyage au Japon. Ces astuces sont valables pour Tokyo, je ne m’avance pas encore pour le reste de l’archipel :

 

Les bases de langage

 

Apprendre les bases

Comme je l’avais déjà évoqué dans cet article, il est pour moi impensable d’arriver dans un pays sans avoir appris au minimum quelques bases, ne serait-ce que les politesses, par respect et politesse justement. Il n’est pas toujours évident d’apprendre, c’est pourquoi une app est envisageable, il est toujours possible de la consulter afin de pouvoir communiquer. Pour ma part, j’avais fait le choix d’apprendre ce que je pouvais avant le voyage et j’ai continué d’apprendre une fois sur place. En effet, la gentillesse des japonais invite très vite à vouloir s’intégrer plus rapidement !

 

Et l’anglais ?

Les japonais sont réputés pour ne pas forcément bien parler anglais, c’est vrai et faux.

Majoritairement (dans le cas d’un refus), c’est par timidité, si votre interlocuteur ne parle pas très bien anglais, il préfèrera vous faire comprendre qu’il ne comprend pas, pour notre part, ça ne nous est quasiment jamais arrivé.

La plupart des Tokyoïtes parlent assez anglais pour tenir une conversation ou, au moins, comprendre votre demande. Il m’est néanmoins arrivé d’entrer dans une boutique et d’avoir une commerçante qui ne parlait pas très bien anglais et avoir moi-même des trous de mémoire pour certains mots : pas de panique ! Les Tokyoïtes sont d’une telle gentillesse qu’ils n’hésiteront pas à aller demander de l’aide à leurs collègues pour satisfaire votre demande. Dans mon cas, nous avons terminé à 4 dans la boutique à mimer/communiquer en anglais/japonais : j’ai eu exactement ce que je cherchais ! 😀 Rien n’est jamais perdu et mimer est un langage universel 😉

 

Pour finir

Un dernier point, j’ai remarqué une certaine différence de comportement entre l’ami qui m’accompagnait (Mathieu donc, homme barbu assez grand et costaud) et moi (femme petite et mince, format japonaise, souvent habillée à la mode nippone). J’avais l’impression d’être traitée comme une touriste japonaise ou une locale là où Mathieu était traité avec un petit peu plus de distance, toujours respectueuse et agréable, mais tout de même. Cette distance s’est un petit peu dissipée dés qu’il s’est mis à apprendre les bases et à les utiliser, le respect ayant une grande importance, ses efforts ont été notés et récompensés. Il suffit de pas grand chose, pour ma part, j’étais simplement souriante, respectueuse de leurs traditions et je parlais en japonais le plus possible.

 

Les bases de comportement

 

Je ne le répèterai jamais assez : la politesse vaut tout l’or du monde. Un sourire, un bonjour, un s’il vous plaît, un merci et un au revoir, ce n’est pas grand chose et ça change un échange. Et évidemment, ça ne vaut pas que pour le Japon :p

Néanmoins, il existe une nouvelle fois quelques différences qu’il est bon de souligner :

 

Pas de contact physique

Là où nous imposons allègrement les serrages de mains/bises/autres proximité (sans même demander si l’interlocuteur est à l’aise avec ça évidemment, parce que « c’est normal/coutume ») en France et dans beaucoup d’autres pays, au Japon, c’est vu comme une agression. Un sourire et un bonjour, ou un signe de main, ou une légère inclinaison si vous voulez respecter les coutumes nippones (attention, on ne s’incline pas de la même façon si on est un homme ou une femme) seront parfaits !

 

Ne pas parler fort

Là encore, il serait bon de l’utiliser également en France… Parler fort n’est pas poli et dérange les personnes autour de vous, il est donc important de toujours parler le plus bas possible pour que seul votre interlocuteur vous entende. C’est aussi sans doute pour cela que peu de japonais parlent dans les transports : la proximité des autres personnes étant encore plus réduite, il est plus respectueux de continuer la conversation une fois sortis ou alors en parlant très bas.

 

Et quand on est enrhumé ?

Alors là, j’avoue, c’est un point qui me fait un peu grincer des dents 🙂 Au Japon, il n’est pas très poli de se moucher (sauf quand on n’a vraiment pas le choix), en revanche, on peut allègrement renifler… De toute façon, vous verrez rarement une personne malade sortir sans un masque de protection (il y a même toute une mode sur ça, vous en trouverez de plein de modèles/couleurs différent/e/s !), c’est le moment de l’adopter vous aussi ! On serait moins malade si tout le monde adoptait cette habitude 🙂

 

Les parapluies

 

Oui, ils ont droit à un chapitre juste pour eux !

 

Parapluie-c’est-à-qui ?

Au Japon, dés qu’il pleut, on trouve des parapluies transparents à tous les coins de rues. On peut en acheter quasiment partout. Je n’ai pas vraiment d’exemple équivalent à vous expliquer mais c’est quelque chose qu’on achète et qu’on oublie, c’est fait pour. Un parapluie basique transparent coûte environ 200 à 300 yens (1,5€ à 2,5€ environ). S’il y a un bac à parapluies à l’entrée de la boutique ou du restaurant, vous le déposerez dedans, et vous repartirez peut-être avec celui de quelqu’un d’autre 😀 C’est un peu la loterie, vous déposez un parapluie à bord noir et vous repartirez avec un à bord rouge parce qu’il n’y aura plus le vôtre. Il faut prendre ça comme un jeu 🙂

En revanche, si vous avez un parapluie plus personnalisé, vols mis à part (mais ce ne sera pas de la part d’un/e japonais/e mais plutôt d’un/e touriste…), vous le retrouverez à l’endroit où vous l’avez laissé.

 

Parapluie-c’est-ta-pluie !

Certains restaurants/centre commerciaux/boutiques ont aussi un étrange appareil à leur entrée. Il suffira de planter son parapluie dedans pour qu’il soit enveloppé d’un plastique protecteur puis de le glisser sur la droite (en général). Votre parapluie sera ainsi protégé pour ne pas mettre d’eau partout en intérieur ! Pas très écologique (mais le Japon a encore d’énormes progrès à faire sur ce point…) mais bien utile pour garder les endroits plus propres.

 

Parapluie-c’est-joli.

Une dernière chose, pourquoi les parapluies sont-il transparents ? Outre le côté esthétique, il permet surtout de voir ! Devant soi, autour de soi, mais surtout, au-dessus de soi ! Car nous ne le répèterons jamais assez mais Tokyo est une ville verticale, un immeuble de 8 étages peut abriter une boutique, un café, un restaurant, une autre boutique, etc. Nous n’insisterons jamais assez sur ce conseil : levez les yeux 🙂

 

Dans la rue

 

Les rues de Tokyo sont très propres. Il est interdit de fumer dehors ce qui change la vie pour une personne asthmatique et petite comme moi.

Les rues sont également très silencieuses, c’est extrêmement agréable et reposant. C’est moins le cas pour certains quartiers, comme Shibuya, une fois le soir venu.

Personne ne bouscule personne, ils sont très attentifs à leur environnement. En deux semaines, je n’ai jamais eu peur de me faire bousculer, à dire vrai, je n’ai même pas été touchée une seule fois même dans les rues les plus blindées (comme Takeshita Street ou au cœur de Shibuya). Mathieu a été bousculé une seule fois dans la rue par un japonais qui parlait à un ami, les deux se sont immédiatement excusés (oui les deux 🙂 ).

Les signaux de circulation pour piétons sont visuels (bonhomme rouge/bonhomme vert), indicatifs (une série de points indique le temps restant de chaque phase : tous les points, c’est le début de la phase, les points s’égrainent petit à petit pour n’en rester qu’un : c’est la fin de la phase) et auditifs (pour guider les malvoyants/aveugles).

Afin de fluidifier la circulation à pied, il faut respecter la même règle que les voitures : marcher à gauche du trottoir. Cette règle vaut également dans les escalators : toujours se positionner à l’arrêt à gauche afin de laisser passer sur la droite ceux qui descendent/montent.

 

Dans les boutiques

 

En plus des politesses de base (sourire, être respectueux, dire bonjour/merci/etc), il existe quelques différences qu’il est bon de connaitre :

Avant toute chose, il est impératif de se déchausser avant de rentrer dans la cabine, pour des raisons d’hygiène (que nous devrions largement adopter en France…), l’intérieur est souvent en moquette ou avec un joli tapis.

Vous trouverez également dans les cabines un petit distributeur, ce sont des petits « bonnets » à usage unique qui se mettent sur votre visage et sur les cheveux, pour ne pas salir le vêtement que vous essayez. Il y aura souvent une petite poubelle en dessous pour le jeter après usage (par écologie, je gardais le mien pour le réutiliser plusieurs fois).

Enfin, vous trouverez souvent des chaussures devant les cabines, non non, personne n’est reparti pieds-nus en oubliant ses chaussures rassurez-vous, elles sont là pour vous ! Bah oui, comment essayer correctement une robe (par exemple) si vous êtes en baskets… on ne se rend pas vraiment compte du résultat. C’est pour ça : on met les chaussures à talons et hop, c’est tout de suite mieux ! Et si jamais elles ne sont pas à votre taille, certaines boutiques en ont plusieurs paires. Ils ont vraiment pensé à tout.

 

L’indispensable

Au Japon, personne ne plie les billets. Du coup, pour ne pas passer pour des sauvages, il est préférable de ne pas le faire non plus 😉 Également, pour payer, il vous faudra mettre vos billets et pièces dans un petit réceptacle (on revient sur le respect de ne pas toucher autrui), la monnaie sera comptée à haute voix et sera déposée au même endroit. S’il n’y a pas de réceptacle, les pièces vont seront rendus sur les billets qui seront tenus de chaque côté du bout des doigts.

 

Achat de lingerie

Les tailles sont « inversées », les lettres représentent le tour de poitrine, les chiffres représentent la taille du bonnet. Dans chaque boutique, vous trouverez un tableau pour les équivalences, mais il n’est pas toujours simple de s’en sortir : ne vous inquiétez pas !

À Tokyo, votre vendeuse vous accompagnera dans la cabine. Elle prendra vos mesures et vous aidera à faire la conversion. Également, elle restera devant le rideau et attendra votre signal dés que vous aurez mis le soutien-gorge, elle rentrera alors avec vous, vous demandera l’autorisation de vous toucher pour vous aider à faire les réglages.

Alors attention, « faire les réglages » en France veut dire ajuster une bretelle vite-fait et voilà. Au Japon, c’est tout ajuster jusqu’à la perfection, c’est-à-dire ajuster les bretelles bien sûr, mais aussi plonger la main dans le soutien-gorge pour positionner le sein avant de le secouer pour qu’il se positionne bien dans le soutien-gorge. C’est un peu étrange présenté comme ça mais c’est parce que la lingerie japonaise se porte plus serrée que la nôtre et il y a toute une technique pour savoir la mettre. En bref, il faut laisser sa pudeur de côté et se laisser aider, elles vous apprendront à bien choisir votre lingerie selon votre morphologie, à définir votre taille, et vous expliqueront la « technique secrète » 😉

 

Achat de chaussettes

Pour trouver sa pointure, rien de plus simple, il suffit de mesure son pied ! En effet, les tailles sot indiquées en centimètres, c’est donc très aisé de trouver parfaitement sa pointure 🙂

 

Achat de vêtements

Pour les formats poche comme moi, le Japon est un paradis ! J’oscille entre un XS/S en France, avant de dire que j’ai de la chance, imaginez surtout quelle galère est mon quotidien pour m’habiller. La taille standard ayant évolué, le XS n’existe désormais quasiment plus et le S devient peu à peu un M (quand il est présent… car certaines boutiques ne fabriquent même plus de S). Je parle bien sûr de s’habiller pour un budget raisonnable, si je gagnais correctement ma vie, je trouverai probablement plus de choses, mais encore faudrait-il qu’elles me plaisent.

Le Japon, comme je le disais donc, est un paradis vestimentaire pour les femmes de petite taille. Là-bas, je fais du M (qui est la taille standard pour les modèles taille unique), sachant que la majorité des boutiques commencent au XS (ce qui doit équivaloir à un 32 du coup). Pour avoir principalement écumé Takeshita Street (Harajuku), j’ai pu trouver énormément de vêtements goth/punk/harajuku à ma taille et à petit prix. Il existe aussi des boutiques plus luxueuses, chacun y trouvera son compte ! En revanche, il est vrai que si vous êtes relativement grande, vous aurez plus de difficultés que moi à trouver votre bonheur, mais je ne doute pas que ça existe !

 

Au restaurant

 

Soyons propre

Là où nos restaurants asiatiques nous donnent des serviettes chaudes en fin de repas, au Japon, vous les aurez en début de repas. Soit en serviettes chaudes, soit dans des petites pochettes un peu plus grandes que nos rinces-doigts. Et oui, il vaut mieux avoir les mains propres pour manger plutôt que pour sortir du restaurant n’est-ce pas ? Encore une logique qui semble nous échapper en France.

 

Pas de pourboire !

Surtout, surtout, ne jamais laisser de pourboire, ça ne se fait pas (et pas qu’au restaurant d’ailleurs). Tout est déjà compté dans l’addition, ne vous inquiétez pas. Il existe d’autres façons de montrer que vous avez bien mangé : en le disant, tout simplement 🙂 Et si vous voulez vraiment faire mouche, apprenez-le en japonais (je vous le met en romaji : kore wa totemo oishii desu) 😉

 

Et les nouilles ?

Dans les « fast-food » de nouilles, vous entendez beaucoup de japonais aspirer leurs nouilles en faisant beaucoup de bruits, outre le fait qu’ajouter de l’air en aspirant permet de refroidir les nouilles, il semblerait que ça veuille également dire que nous apprécions ce que nous mangeons, je n’ai pas de confirmation réelle de cette dernière information mais, en tout cas, ça se fait !

 

À l’hôtel

 

Pour des questions d’hygiène toujours, il faudra vous déchausser à l’entrée de l’hôtel (sauf possiblement pour les grandes chaines ? Je ne sais pas). Des petits sacs seront à votre disposition pour y mettre vos chaussures et pouvoir les transporter. Vous aurez également des chaussons à disposition.

 

Voilà nos astuces pour le moment, j’en rajouterai si j’en apprends de nouvelles !

 

N'hésitez pas à nous suivre ou à partager ! Merci :3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *